Voici un petit article qui va créé la controverse !
Mais, il est indispensable de réfléchir aux conséquences sur la gestion des contrats et les normes qui sont établies dans notre industrie en général.

Si vous êtes un photographe de mariage, vous êtes certainement concerné par la crise de la pandémie du Coronavirus Covid-19. Si votre activité dans la photographie de mariage représente une part importante de vos revenus globaux, vous avez du recevoir des demandes d’annulation ou de report de mariage pour les mois de mars, avril et juin (pour le moment). Vos décisions concernant vos contrats avec vos clients peuvent créer un effet de boule de neige sur votre activité mais, surtout, donner la tendance pour les normes de l’industrie de la photographie de mariage, et voir d’autres.

Dire que de «rembourser les acomptes pour les mariages qui sont reportés ou annulés est la meilleure des choses à faire en cette période difficile et que cela vous apportera une bonne réputation à l’avenir» est non seulement incorrect, dans de nombreux cas, mais il peut y avoir des conséquences imprévues pour toute notre industrie dans son ensemble.

Vous n’y croyais pas ? Si vous regardez en arrière sur la période entre 2007-2010, pendant la dernière crise, l’industrie de la photographie professionnelle a failli s’effondrer. Nous étions tout juste en train de récupérer… Les conséquences des actions de certains peuvent être catastrophiques pour d’autres et pour toute la profession.

Dans notre industrie, les tendances sur les réseaux sociaux semblent créer des normes. Si les contrats que votre entreprise a créés pour vous protéger ne signifient rien, parce que vous ne souhaitez pas appliquer les mesures de protection qu’ils contiennent, cela met en danger l’ensemble de notre industrie. Si un photographe qui prend 5 mariages par an commence à rembourser tous les budgets, non seulement ses clients, mais aussi les amis de ses clients, considéreront cela comme “la norme” dans notre business…. C’est comme cela que les tendances commencent, comme “le photographe de ma meilleure amie de ma sœur m’a donné tous les photos HD pour 250€, et toi ?” ou “Un reportage photo de mariage, c’est maxi 1000€ (on le voit dans tous les magazines)”.

Par conséquent, lorsque le studio, qui a 40 mariages, doit reprogrammer. Il ne peut pas rembourser les acomptes, cela causerai des problèmes de trésorerie. Un studio spécialisé dans le reportage de mariage a des charges importantes, surement des employés qui dépendent de la solvabilité de l’entreprise. Il a des fournisseurs comme des laboratoires et des imprimeries qui dépendent de la solvabilité de l’industrie dans son ensemble. Il y a des conséquences majeures à perdre autant de revenus en une courte période et surtout une impossibilité de retrouver des contrats ou des prestations pour remplacer le CA perdu. Cela pourrait signifier la différence d’être encore en affaires ou être en faillite en 2021.

Donc, pour un studio qui fait 5 mariages par an pour une petite partie de leurs revenus annuels, le remboursement peut être la “bonne chose à faire” ainsi qu’une décision très facile ! C’est génial, mais si vous le faites, assurez-vous que vos clients comprennent que c’est un geste de bonne volonté et évitez de faire indirectement honte aux autres photographes qui ne peuvent pas faire de même.

Cependant, pour les studios où les mariages représentent la majorité de leurs revenus, le fait de jeter par la fenêtre une demi-année de contrats peut les mettre hors jeu, voir les mettre en faillite. Attention, donc, à vos communications envers vos clients et vos réseaux sociaux, communiquer de mauvaises idées amènera les photographes non avertis à prendre de mauvaises décisions et les clients à estimer que le remboursement doit être systématique et la norme en vigueur.

Comme nous l’indiquions dans notre précédent article, nous conseillons de reprogrammer les événements le plus possible. Le fait de conserver les contrats (et les budgets afférents) permettra, à tous, de pouvoir continuer à travailler. Le dialogue avec les clients est important. Contactez-les, discutez avec eux et trouver une solution. La plupart des autres prestataires dans la mariage, ne rembourse pas et impose des conditions. De nombreuses salles spécialisées imposent à leurs clients de reprogrammer les mariages en semaine cet été ou dans l’automne/hivers. Pourquoi devrions nous ne pas faire de même ? Cette situation est exceptionnelle et tout le monde le comprend. Pensez-vous qu’un client ne puisse pas comprendre que si vous ne travaillez pas cette année, vous ne serez, peut-être, plus en activité en 2021 ?

Ce n’est pas une diatribe, c’est juste une réflexion de photographes qui se soucient de la longévité de notre industrie, ayant connu la crise précédente. Nous avons construit une entreprise dans une industrie que beaucoup considèrent comme instable, donc il faut tout faire pour passer cette nouvelle crise et continuer à proposer une vision photographique professionnelle à nos clients. La seule façon de passer cette crise est de travailler dans le même sens …